Mon frère Yves

5 mars 2012

… de Pierre Loti.

Encore Pierre Loti, après « Ramuncho », « le roman d’un Spahi » et « Pêcheur d’Islande », c’est mon troisième Loti. Toujours très bien écrit. Cette fois, c’est la mer, la Bretagne, les pays lointains, la mer australe, cette grande étendue à perte de vue. Et puis surtout le bateau, un navire de guerre, qui glisse merveilleusement sur les eaux noires, bleues ou transparentes des océans et des mers.

Le héro est naïf et indomptable, mais, sous l’influence de son « grand frère », il va s’assagir, devenir meilleur, arrêter de boire et vivre pleinement le grand amour dans son pays natal de Bretagne : La Bretagne grise et pluvieuse, ancienne, primitive, du passé.

Donc, encore une fois, un autre chef-d’oeuvre à lire et à relire, pour se perdre avec le narrateur dans ses souvenirs du passé antique de l’ancienne France et des lointaines équipées nautiques sur les mers lointaines, au chant des matelots, de l’équipage et au doux bruissement des vagues de l’océan à perte de vue. Sacré dépaysement !

E.Z.

 

Pierre et Jean – Guy de Maupassant

6 juin 2012

C’est l’histoire de deux frères et d’une famille au Havre. Laquelle famille vit le drame de l’adultère de la mère, des années auparavant, mais qui ressurgit à l’occasion de l’héritage du défunt amant.

La famille vacille, perd ses repères et se déchire à la faveur de la terrible découverte par le fils aîné qui croit en même temps que son frère n’est pas le fils de son père.

Des révélations terribles et déchirantes. Mais aussi, la souffrance parfaitement décrite du frère aîné qui voit toutes ses illusions disparaître et est obligé de regarder pour la première fois de sa vie sa mère en face à la lueur de son mépris pour la femme adultère et méprisable.

Le décor nous offre un voyage en Normandie et sur la mer. Superbe !

E.Z.

Benjamin Constant : Adolphe

29 mai 2012

Très jolie histoire d’amour. Mais cette fois, une histoire à sens unique car le personnage principal est un jeune qui a tout pour devenir riche et épouser une fille de sa classe. Cependant, il rencontre une femme plus âgée que lui et décide de rester avec elle, sans l’aimer, et coûte que coûte, bêtement en quelque sorte, et tout le monde ne manque de le  lui rappeler :  Son père, son entourage, sa compagne elle-même qui ne veut pas de sa pitié mais quand il est sur le point de partir, elle refuse son départ et va jusqu’à mourir de chagrin.

Peu de personnages, donc pas trop de difficulté à comprendre. Mais on est ému quand même par la tristesse de l’histoire.

E.Z.

La religieuse – Diderot

27 mai 2012

Le style du  livre est très moderne et c’est surprenant pour un livre écrit vers 1780. Donc, très captivant, pas lourd, beaucoup de choses qui soutiennent le suspens et rendent l’histoire très vivante et réelle.

C’est une terrible histoire : Une pauvre fille naïve (encore) et sans vocation pour la vie religieuse est forcée d’entrer au convent (elle en fera 3) et fera la rencontre, tantôt d’une terrible mère supérieure, tantôt d’une sage, tantôt d’une perverse. C’est sur cette dernière que s’appesantit le plus Diderot qui ne manque pas de truffer son roman de détails très intimes sur la sexualité déréglée de la supérieure.

Le livre est long à lire et l’auteur nous fait donc vivre tous les détails de la vie monastique : Prières, repas, cellules, souffrances, isolements, extases, bonheurs etc. C’est très imagé. Pour les personnes sensibles, s’abstenir. On suppose qu’à sa sortie le livre a dû avoir un très grand retentissement et choquer.

On sort de ce livre déçu par la religion et l’enfermement des jeunes soumises à la tyrannie des supérieurs d’un couvent et de leurs familles.

E.Z.

Lamartine – Graziella

19 mai 2012

C’est l’histoire d’un amour de vacances qui se termine mal. La mer, l’Italie, une adolescente amoureuse, des pêcheurs, de la poésie. Et puis, c’est très bien romancé et on se laisse prendre agréablement par ce déchirant récit, en partie autobiographique.

E.Z

 

Sylvie – Gérard de Nerval

13 mai 2012

Très charmante nouvelle de cet auteur qui raconte l’histoire d’amours de jeunesse et leur suite. Un parisien partagé entre plusieurs amours de Province.

Raphsodie Cubaine – Edouardo Manet

9 avril 2012

Publié chez Grasset, ce roman de Edouardo Manet se passe en partie à Cuba et en grande partie en Floride et particulièrement à Miami. C’est l’histoire d’un père de famille qui conduit sa famille en Floride lors de l’avènement du régime castriste. Très bien écrit, plein de rebondissements et de surprises, ce livre nous peint l’histoire touchante d’une famille cubaine en pleine perdition psychologique et morale dans les années post-Batista. Il y a forcément beaucoup de choses dans ce livre, et au premier plan, l’amour de Julian, le fils, pour Emma. Il y aussi tous les détails de la vie de la petite Havane et des cubains de l’exil. De la politique aussi avec la militante Emma, des trahisons et de l’espoir d’un retour à la démocratie sur l’île. Aussi, un voyage en Europe et en Asie, et puis, surtout et tellement, la Floride et Miami, la vie luxueuse, les affaires et la mer.

 

Critique du livre de Pierre Loti : Ramuntcho.

5 mars 2012

Critique du livre de Pierre Loti : Ramuntcho.

Nous connaissons tout le talent de ce romancier. Son livre « Ramuntcho » est merveilleusement bien écrit. Le drame qui se déroule dans ce pays basque plein de ténèbres n’est rien moins qu’un très belle histoire d’amour et d’aventures. En deux mots, ils s’aiment, mais sont de « condition » différentes. Nos deux héros sont jeunes, insouciants, passionnés; et tout ceci dans un paysage à nous couper le souffle. 

Une peinture magnifique, donc, des paysages du sud-Ouest. On entend déjà la langue basque, qui roule les « r » comme une petite musique enivrante et on pleure avec les personnages déchirés par l’amour et la séparation. 

Dans ce livre, il y a aussi l’amour pour le jeu, la pelote basque; et plein d’indulgence et de complicité pour la contrebande traditionnelle dans ce pays tout près de l’Espagne. Laquelle nous apporte toute la chaleur et le souffle chaud de ce pays.

Je vous recommande donc fortement de lire, que dis-je, de dévorer, le plus rapidement possible ce livre de 300 pages environ et de vous plonger dans ce décor superbe de la France du Sud-Ouest, avec tous ses traits typiques et pittoresques; mais aussi, beaucoup de noirceur et de ténèbres, ce pays entouré de ses lugubres montagnes, comme un sombre présage. 

Bref, on tremble, on s’échauffe l’esprit et on transpire dans la chaleur du climat de là-bas; et on attend avec impatience le dénouement, tant le suspens et l’angoisse est haletant et sublime. 

Enfin, l’héroïne, Gracieuse, est superbe de blondeur et de jeunesse enjouée. Quant à notre héros, Raymond, il est tout jeune et tout naïf lui aussi, et on tremble en même temps que lui et le narrateur de ses erreurs et ses attentes déçues.

E.Z.